RPG City.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pendant un cours de Littérature [Aline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Mer 13 Déc - 22:25



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Depuis tout petit, Kerwan trouvait que la vie était belle, du moins dans l'ensemble car tout n'y était pas rose non plus. Déjà, ses parents avaient divorcé, il était certes majeur à ce moment-là mais ça lui avait foutu un gros coup quand même. Ensuite, sentimentalement, amoureusement, il n'avait pas eu trop de chance à vrai dire. Son ex-femme qu'il avait aimé d'un amour fou malgré leur jeune âge avait sombré dans l'alcool suite à la perte de ses grands-parents et n'avait pu ëtre sauvé. Et voilà que depuis quelques années, il était en couple avec une femme qui selon lui le trompait, qui n'était en tout cas présente à leur domicile que rarement. Kerwan avait de plus en plus de mal à le supporter et ses soupçons n'arrangeaient rien en plus.

Il aimait son métier, il aimait enseigner même si depuis quelque temps, ce n'était vraiment pas facile pour lui de faire face à certaines choses. Bien que sociable, vu que ça n'allait pas chez lui, il était difficile de continuer de l'être Un bon Prof ? Il l'était certainement mais comme dans une coquille une fois ses cours terminés. Et cette distance-là, cette froideur pourrait-on dire, il l'avait avec tout le monde, ayant désormais du mal à faire confiance aux gens, quels qu'ils soient. Mais c'était pour se protéger cela, et surtout envisager sérieusement une séparation avec sa compagne, ça ne pouvait plus durer ainsi en tout cas.

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Mer 13 Déc - 22:50



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Assise à sa table de travail pour écouter son cours de littérature, qui porte aujourd'hui sur la littérature Française, la jeune femme a l'avantage de bien connaître le sujet et d'être, pour cette partie du programme, la meilleure élève. Fatalement, quand on sort des meilleures écoles Françaises parce qu'on est française d'origine, la manière qu'ont les américains d'étudier la littérature française semble très facile, très abordable. Fatalement, mais elle ne prend pas la grosse tête pour autant, consciente que ses facilités sont le simple fait de sa naissance en France.

Installée, elle prend des notes en écoutant le professeur parler et lève la main quand il l'interroge, pour répondre à la question posé. L'accent français de sa voix surprend encore un peu comme elle n'est pas arrivé depuis longtemps, mais tous s'accordent à dire que c'est mignon. Il y a quelque chose chez les françaises qui plait aux américains parait-il, mais elle n'a pas eut le temps de vérifier cette hypothèse et par ailleurs, elle est fiancé, la bague à son doigt le lui rappelle sans arrêt, même si ça ne va pas avec son tendre depuis quelques temps déjà.

Son crayon entre les lèvres, prêt à prendre des notes, la jeune femme le mâchouille en regardant le professeur, qu'elle trouve plutôt séduisant. Elle est loin d'être la seule, il faut dire que le professeur Childs affiche une allure sportive des plus sportives, agréables à l'œil, ce qui ne laisse pas la plupart des filles de la classe indifférentes. Et en prime, il a quelques années de plus que la demoiselle. Mais elle n'est pas certaine que l'âge face quelque chose dans l'attraction qu'elle ressent pour lui, purement physique. Plus jeune, il lui aurait sûrement plût aussi. Il y a un écart entre les personnes qui lui plaisent, qui peuvent être n'importe qui et celles avec qui elle peut envisager des relations, qui ont toujours été plus vieilles, même si elle n'a pas connu énormément d'histoires. Deux, en fait.

"- Le poème l'Albatros de Baudelaire a été inspiré lors d'un voyage, alors qu'il se rendait aux Indes et a finalement été sur l'île Maurice. Je pense que ce poème traduit la consciente d'avoir une ou plusieurs différences avec les autres. C'est une image suggestive et qui dépeint la condition de l'auteur ? L'albatros capturé représente l'idée d'un être qui se sent étranger du monde qui l'entoure." répond la jeune femme en faisant l'analyse du poème qu'il leur a donné à lire quelques minutes auparavant.

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Mer 13 Déc - 22:59



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Kerwan était parfois outré par certains élèves pour lesquels il se demandait vraiment ce qu'ils faisaient ici en faculté. Certes, ils y étaient physiquement ou du moins leur corps était en cours mais entre ceux qui dormaient, ceux qui pianotaient discrètement sur leur téléphone portable, ou ceux qui parlaient avec leurs camarades ou autres, il ne restait plus grand monde pour écouter vraiment les cours en fait au final. Mais l'université, ce n'était plus le bancs de l'école ou ceux du collège ou encore du lycée avec le élèves mineurs et plus ou moins responsables. La fac c'était logiquement réservé à ceux et celles qui désiraient vraiment poursuivre leurs études et non pas faire semblant, non pas être là juste pour la forme donc tant pis pour ceux ou celles qui n'étaient là que pour faire tapisserie. Du moment que ces élèves-là ne perturbaient pas son cours, pas de souci. Kerwan n'était pas là pour faire la police, pour reprendre sans arrêt des élèves inattentifs, visiblement là pour faire uniquement tapisserie.

Heureusement malgré tout, tous les élèves du cours de Kerwan n'étaient pas non plus de ce genre-là sinon il aurait vraiment eu l'impression de perdre lui-même son temps et aurait sérieusement songé à remettre sa carrière de Professeur en question. En effet, certains élèves même si ceux-ci restaient assez rares, sortaient du lot et étaient attentifs en classe en prenant des notes ou également en répondant à des questions.

Présentement, il s'agissait d'un cours de Littérature française et plus précisément qui portait sur l'Albatros, poème de Charles Baudelaire.
Et quand une élève assez assidue dans son cours, prit la parole pour répondre à une question qu'avait posé Kerwan, il l'écouta attentivement.

- Excellente réponse Mademoiselle....Heuuuuuuuuu Morel c'est ça ?

Il n'était pas sûr de son nom de famille, il en avait tellement à retenir et en faculté c'était pas du tout comme à l'école primaire, au collège ou au lycée concernant ce genre de trucs là aussi. Plus d'élèves à chaque fois donc plus difficile de repérer vraiment qui était qui même si au bout d'un moment, comme cette jeune demoiselle, Kerwan arrivait à en repérer certains mais là, il n'était pas sûr de son nom de famille malgré tout. Un petit doute....Mais s'il ne s'était pas trompé, il voyait désormais très bien qui c'était, il lui semblait que dans ce cas, c'était une jeune femme d'origine française.

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Mer 13 Déc - 23:07



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

"- Morel oui." répond la jeune femme alors que son professeur lui indique qu'elle a correctement répondu à la question qui lui a été posé, ce qui arrache un sourire à la demoiselle.

Aline note quelques informations sur sa feuille comme le professeur reprend le cours, complétant les détails qu'elle a put oublier. Soigneusement, elle note tout ce qui lui semble important à retenir en vu de ses partiels à venir. Parce qu'ils seront là plus vite qu'on ne le pense et la jeune femme n'entends pas se laisser surprendre par ceux-là. Elle espère bien pouvoir anticiper l'avalanche de devoirs qui va lui tomber dessus, et commencer à les réviser en prévision. Pour cela, pour ne pas se laisser surprendre, même si elle n'aime pas spécialement être à l'université, la jeune femme n'a pas d'autre choix que celui de prendre correctement ses cours pour les relire et les approfondir.

Alors que la cloche sonne la fin du cours, la grande majorité des étudiants, pour ne pas dire tous, s'empressent de ranger leurs affaires pour sortir, mais ce n'est pas le cas d'Aline, parce qu'elle doit voir le professeur à la fin de l'heure, pour lui rendre le livre qu'il lui a prêté et qu'il l'a encouragé à lire, lors de leur dernier cours. Elle appréhende un peu de se retrouver seule face à ce dernier. Parce qu'il lui plaît et que dans ce genre de cas elle se sent toujours un peu tarte, un peu potiche.

"- Professeur Childs ?" demande la jeune femme en approchant et posant le livre sur le bureau, devant ce dernier. "J'ai lu le livre que vous m'aviez recommandé, il est vraiment bien. Je rejoins votre avis sur la qualité de l'auteur et sa capacité à nous faire ressentir toutes les émotions de son personnage, mais je regrette que l'histoire d'amour soit finalement trop simple. Je crois que j'aurais préféré quelque chose qui sortirai des codes classiques. Quelque chose de plus inattendu."

Elle rougit un peu en disant cela, passe une main dans ses cheveux, se demandant ce qu'il va penser d'une pensée peut-être un peu trop romanesque, à aimer les histoires d'amour belles mais compliquées. Après tout, son livre préféré aborde le sujet d'une histoire d'amour où les deux protagonistes ont pas mal d'années d'écart. Alors que tout se passe aussi bien du début à la fin pour Emilie la chagrine un peu.

"- Cependant je crois que l'auteur préférait mettre l'accent sur les liens amicaux dans une relation entre deux personnes qui s'aiment, plus que sur la relation amoureuse en elle-même, je me trompe ?"

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Jeu 14 Déc - 10:22



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Ouf ! Kerwan ne s'était pas trompé de nom de famille en ce qui concernait le nom de l'élève qui avait répondu à sa question. Cela prouvait qu'il n'était pas non plus complètement à la masse niveau relations humaines et qu'il arrivait à se rappeler au moins un nom de famille parmi les personnes qu'il côtoyait régulièrement même si en l’occurrence c'était dans le cadre scolaire, donc professionnel et non pas privé. Et il était désormais bel et bien sûr que cette fameuse élève était donc bien d'origine française. Il se rappelait cela grâce aux fiches remplies en début d'année pour savoir un peu plus qui était qui, même s'il était loin de les avoir tous retenus.

Il la regarda sourire, certainement contente qu'il se soit souvenu de son nom de famille puis détourna ensuite le regard pour continuer le cours, compléter la réponse qu'avait fait mademoiselle Morel alors que les élèves (pas tous, cela aurait été trop beau) prenaient des notes.

Quand la cloche de fin de cours retentit, Kerwan se mit comme les élèves à ranger ses affaires. Il allait partir et rentrer chez lui ou peut-être aller courir un peu car il avait fini sa journée pour aujourd'hui mais ce n'était peut-être pas le cas de ses élèves, aucune idée. Il n'allait pas tarder à quitter la salle quand il vit la fameuse Mademoiselle Morel s'approcher de son bureau et et poser le livre qu'il lui avait conseillé quelque temps auparavant.

Et il se mit à lui sourire en écoutant la jeune femme lui dire son avis sur le livre, qu'elle avait trouvé l'histoire d'amour dedans un peu trop simplissime.

- Je comprends tout à fait ce que vous voulez dire Mademoiselle Morel. Les histoires d'amour dans la réalité sont en effet loin d'être aussi simples.

Il allait donc tout à fait dans son sens en disant ça et qui mieux que lui pouvait dire cela ? Lui qui avait été veuf jeune, lui qui était actuellement en couple mais non marié avec quelqu'un qui ne l'aimait plus. D'ailleurs, l'avait-elle aimé un jour ? Il commençait à se le demander. Lui en tout cas l'avait aimé oui mais plus maintenant, plus depuis qu'elle désertait leur domicile et de plus en plus, pour rendez-vous de boulot ou sorties avec des amies. Tu parles ! Kerwan le croyait de moins en moins tout cela. Bref ! Une chose était certaine, l'amour était et resterait une chose bien complexe en soi.

- Il est en effet certain que dans un couple, il faut l'amitié, une amitié solide pour qu'il perdure dans le temps, pour que l'Amour se construise vraiment autour de cela. C'est un tout ! Et concernant l'avis que vous émettez sur ce qu'a certainement voulu dire l'auteur selon vous à travers ce livre, je pense que vous avez tout à fait raison mais que je ne m'étais pas posé la question avant que vous n'en parliez, voyez-vous ?

Il venait de parler tout à fait sérieusement et se retint presque de sourire à nouveau à la jeune femme. Sourire à nouveau n'était peut-être pas à propos et de plus, il avait face à lui l'une de ses élèves et devait donc garder une certaine distance, ne pas se montrer trop "familial" avec elle.

- Si vous voulez, je peux vous recommander un autre livre mais là je ne l'ai pas lu par contre. C'est ...enfin bref qui c'était qui m'en a parlé... qui l'a lu il y a quelques années et qui avait aimé.

Kerwan ne voulait aucunement avoir à parler de son ex-femme maintenant car c'était à elle qu'il venait de faire allusion. Il n'allait pas non plus raconter sa vie amoureuse ainsi de but en blanc à une élève, même pas en faisant allusion rien que l'espace d'un instant à son ex-femme car même s'il avait fait le deuil de ce passé, qu'il avait tracé un trait complet sur son veuvage, il n'avait pas envie de raconter sa vie là présentement et encore moins à une élève qui s'en ficherait certainement complètement.

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Jeu 14 Déc - 12:52



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

"- Oui je préfère lorsque l'histoire est plus compliquée, plus... piquante." répond la jeune femme en se grattant la tête. "Je me demande si vous avez déjà lu le livre J'ai faillis te dire je t'aime ? C'est le genre de choses que je préfère pour ma part. Avec une histoire plus complexe, plus réaliste à mon sens. Dans la vie, les histoires d'amour sont toujours plus compliquées. Dans J'ai faillis te dire je t'aime, il est question d'une relation avec un grand écart d'âge. Et l'auteur nous montre toute la difficulté qu'il y a dans ce genre de relation. La vision que les autres ont de ce couple, ce que le couple peu ressentir..." explique la jeune femme.

Elle adresse un petit sourire à son professeur et dans ce même temps ses joues rosissent encore un peu plus, sans qu'elle ne s'en rende compte, ni ne sache dire à quoi cela est dût. Mais elle est heureuse d'entendre que son professeur partage son avis et le lui confirme.

"- Oui je crois que dans un couple, l'amitié est ce qu'il y a de plus important. Je me souviens d'un dicton qui parlait d'épouser son ou sa meilleure amie, que c'était le remède, le secret afin que l'amour dure toujours !" explique la jeune femme à son professeur.

Elle a un petit rire comme l'homme dit ne pas s'être posé la question avant que la jeune femme ne le lui fasse remarquer. L'étudiante l'observe un instant avant de reprendre la parole pour rebondir sur ce sujet et donner son avis au professeur.

"- Alors dois-je en déduire que je viens de poser une question pertinente ?" demande la jeune femme avec un large sourire, son accent français chantonnant entre ses lèvres. "Ou peut-être que... enfin bref." elle sourit.

Comme l'homme parle de proposer un autre livre à lire, la jeune femme se sent toute émoustillée d'un coup alors qu'il dit pourtant ne pas l'avoir lu et qu'il ne lui donne même pas le nom du livre en question ou un auteur qui puisse lui donner une information sur la qualité de l'oeuvre en question. Aline lui adresse un sourire comme elle lui répond.

"- Oui ce serait un grand plaisir mais vous sauriez de quoi parle celui-ci ?" demande la jeune femme. "Vous auriez un titre ou un auteur à me donner, peut-être ?" demande Aline non sans se départir de son sourire.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: B8A182   Jeu 14 Déc - 13:03



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

- Vous préférez quand elle reflète plus la réalité en fait alors c'est cela ? Je comprends tout à fait ce que vous voulez dire !

La jeune femme lui demanda s'il avait lu un livre en particulier, lui donnant un titre de livre et lui disant vaguement de quoi il s'agissait.

- Non ! Je ne l'ai pas lu mais je sais qu'un proverbe dit que "l'amour n'a pas d'âge". Et au vu de ce que vous me dites, ce livre dont vous me parlez semble bien le refléter on dirait non ?

Parler littérature était un sujet qui convenait tout à fait à Kerwan. Là, il se sentait à son aise dans son élément mais hélas, il ne pouvait pas parler tout le temps de littérature non plus parmi les autres et pas avec n'importe qui en plus !

Kerwan tiqua cependant légèrement quand il entendit la jeune femme dire qu'un dicton disait qu'épouser son meilleur ami ou sa meilleure amie était le remède. Certes, il connaissait le dicton mais encore faudrait-il qu'il ait une meilleure amie dans ce cas !

- Oui je connais ce dicton en effet mais il va me falloir attendre longtemps alors dans ce cas en ce qui me concerne, vu que je n'ai pas de meilleure amie !

Kerwan avait certes quelques amis mais plutôt de sexe masculin et de plus, il sortait assez peu en soirée. Et puis étant en couple, il ne désirait de toute façon aucunement qu'une quelconque relation amicale avec une femme devienne du flirt voire plus. Ce n'est pas parce que sa compagne le trompe selon lui qu'il doit agir de même et cela même s'il commence à en avoir ras le bol de ne plus avoir de vie de couple.

En s'entendant parler avec la jeune femme, Kerwan se disait qu'il faisait quand même un piètre interlocuteur une fois en dehors de ses cours car franchement, il se trouvait un peu trop carré dans ce qu'il venait de dire avec le peu de recul qu'il avait dessus, car il avait dit le strict nécessaire et pas plus et il était donc normal que son élève cherche désormais à en savoir plus concernant le bouquin auquel il avait fait allusion non ?

- Il s'agit d'un roman pas directement sur l'amour mais qui montre que l'amour n'est pas forcément là où on le croit au départ et que ça peut être un sacré suspense. Je ne me souviens plus du titre...Attendez...L'auteur c'est Spieman...Non ! C'est pas ça ! Mince ! Ha oui ça me revient : Spielman et le titre me revient également : Demain est un autre jour !

Ca y est ! Il avait craché le morceau, ça lui était revenu. Il en avait fallu du temps, n'est-ce pas ? Pourtant, c'était pas faute d'avoir entendu parler de ce bouquin par son ex-femme, hein ? Car elle lui en avait rabâche les oreilles quand elle l'avait lu en lui disant que ce livre était génial, qu'il faudrait qu'il le lise un jour et il ne l'avait pas encore fait. Il allait devoir y remédier, ne serait-ce qu'en souvenir d'elle.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Jeu 14 Déc - 13:09



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

"- Oui c'est exactement cela, je préfère les ouvrages plus honnêtes, plus justes, sur la réalité de l'amour et de ses tourments, de ses complexes. Je pense qu'aucun couple ne vie un amour sans orage et c'est de ces amours là que je veux suivre l'évolution. Néanmoins si j'ai bien compris le message que l'auteur voulait nous transmettre, alors je pense que c'est parfaitement réalisé, au point de justifier ce parti prit qui est le sien." indique la jeune femme avec un sourire.

La jeune femme a une petite moue comme elle parle de son livre préféré à son professeur et rejoint l'avis de ce dernier sur l'idée que le livre résume très bien le dicton disant que l'amour n'a pas d'âge. Cependant évidemment, tout n'est pas aussi simple dans l'ouvrage car les amis de l'étudiante et les amis de l'homme n'acceptent pas vraiment cette histoire, pas plus que la société en fin de compte.

"- Non en effet, l'amour n'a pas d'âge je suis d'accord avec cela. Il n'a pas d'âge mais la société, les gens, lui en donnent un. Regardez ce qui se passe en France. Le nouveau président est bien plus jeune que son épouse et tout le monde en parle. Il y a le même écart entre le président américain et son épouse mais dans l'autre sens, alors personne n'en parle. La société conditionne l'amour, tous ne peuvent pas s'épanouir de la même manière."

Elle s'arrête net, comme elle disait qu'il fallait, d'après un dicton, épouser son ou sa meilleure amie et la confidence faite par son professeur ne manque pas de la désoler grandement, ne s'étant pas attendu à ce qu'il lui fasse une telle révélation, sans même la connaître. Elle arbore un petit air désolé, se mord la lèvre inférieure sans savoir quoi répondre à cela, désolée pour lui d'apprendre quelque chose d'aussi triste.

"- Comment... comment est-ce possible ? Vous êtes pourtant un homme cultivé, on peut avoir de très bonnes conversations avec vous, pour ce que j'en sais !" s'étonne alors la jeune femme auprès du principal intéressé.

Elle hoche la tête comme l'homme lui conseille un nouveau livre et il peu déjà voir une certaine curiosité se dessiner sur le visage de la jeune femme. Elle hoche la tête et prend en note les informations qu'il lui donne, sur l'application bloc note de son téléphone, puis elle l'éteint et reporte son attention sur lui alors.

"- Je ne connais pas cet auteur mais le livre a l'air prometteur ainsi que ce que vous m'en dite, je tâcherai d'aller voir s'il est à la bibliothèque pour l'emprunter, sinon je passerai le chercher après mon entrainement de patinage."

Elle se tait d'un coup, redonnant lieux à un certain silence entre eux et elle ne sait pas pourquoi elle a laissé entendre le fait qu'elle fasse du patinage, alors que c'est son truc à elle, son jardin privé en quelque sorte et que peu de monde est au courant du fait qu'elle pratique cette activité. En dehors de sa famille et de ses proches amis, elle n'a pas jugé utile de le révéler. Alors pourquoi aujourd'hui ? Pas que le fait qu'il sache soit dérangeant en soit, mais elle ne comprend pas pourquoi, simplement, elle s'est confié si facilement à son sujet.

"- Avez-vous lu Avant toi ?" demande la jeune femme pour en revenir à un sujet plus littéraire.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Jeu 14 Déc - 20:13



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Drôle de discussion qu'avait là Kerwan et son élève quand même à parler de livres "romantiques", d'histoires d'amour et cela d'autant plus que lui, à ce niveau-là, n'était pas très bien au courant, c'était pas le nombre de belles histories qu'il avait vécu qui allait apporter son expérience à la jeune femme à ce niveau-là, n'est-ce pas, vu qu'il n'en avait vécu qu'une de vraie histoire d'amour et que celle-ci s'était mal terminée ? Cela dit, la conversation lui plaisait malgré tout, même si ce n'était pas un sujet facile à aborder pour lui vu son passé à ce niveau-là. Mais la façon dont la jeune femme l'abordait lui convenait tout à fait, c'était fait d'une manière tout à fait mature et pas du genre "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants", bien au contraire même.

- Les contes de fées, ça ne fait rêver que les enfants, ça ne reste que des contes, très loin de la réalité même si je pense qu'à tout âge, on aime rêver à cela, qu'un jour, on rencontrera le Prince Charmant ou la Princesse.

Il venait de dire cela d'un ton atone, comme s'il avait tout simplement mené une réflexion à haute voix, mettant en quelque sorte vraiment l'accent sur le fait que les contes de fées se terminant très bien il n'y croyait pas ou plus. Y avait-il d'ailleurs cru un jour, sachant que de toute façon en plus, les garçons ont tendance à être moins réceptifs à cela que les filles ? Mais oups ! Pourquoi avait-il dit cela en fait ? Aucun rapport avec ce qui avait été dit auparavant. Quoi que si, l'idée générale était quand même là et rejoignait tout à fait ce qu'avait dit son élève concernant le fait qu'un couple connaissait obligatoirement des tourments, des orages dans sa vie de couple.

La conversation ayant dérivé sur l'amour qui n'a pas d'âge, Kerwan sourit en entendant ce que dit la jeune femme à ce sujet.

- Hé oui ! Tout à fait d'accord avec vous ! Les gens trouvent toujours le moyen de juger, que ce soit sur le vêtement qui est pas de la même marque le leur ou sur le caractère d'un tel qui leur plaît pas ou bien d'autres choses encore comme par exemple vous l'avez dit, le fait que le président Américain ait une femme bien plus jeune que lui ça passe très bien mais le fait que le Président Français ait une femme bien plus âgée que lui, ça ne passe pas, on juge !

Kerwan se mit à sourire à nouveau, plus légèrement cette fois, et rajouta :

- Cela dit, je ne vous cache pas que le fait qu'un jeune homme soit avec une femme plus âgée ça me fait plus bizarre que le contraire. Mais je ne juge pas cependant, libre à eux et tant mieux s'ils sont heureux. Ils le sont peut-être bien plus que d'autres qui sont dans la même tranche d'âge et qui vont finir par se séparer ou par divorcer.

Ha ! Pas du vécu ça Kerwan hein ? Pas du tout n'est-ce pas ? Nonnnnnnnnn ! Juste un peu ! Et mince, voilà que selon lui, ils abordaient un peu trop sa vie privée, dans quoi il s'était foutu là ? Répondre ou ne pas répondre au fait que la demoiselle demandait comment ça se faisait qu'il n'ait pas de meilleur ami car il était cultivé et qu'on pouvait avoir des conversations sensées avec lui ? Ignorer la question ? Non ! Cela ne se faisait pas mais il en avait bien envie quand même. Que faire ?

- Merci c'est gentil ! On va dire que c'est ma faute, enfin indirectement. Ma vie privée a tendance à me faire me renfermer un peu sur moi-même.

Voilà ! Réponse évasive mais si vraie malgré tout. Kerwan se mit à espérer que la jeune femme n'allait pas demander des précisions.

Ouf ! La question repartait sur le nouveau livre qu'il lui avait conseillé mais qu'il n'avait pas lu. Un court silence s'installa entre eux deux avant que la jeune femme ne reprenne la parole pour parler d'un autre livre.

- Non ! Je n'en ai jamais entendu parler, il s'agit de quoi ? Et si vous décidez de lire Demain est un autre jour, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé même si je ne l'ai pas lu.

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Jeu 14 Déc - 20:17



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Elle a un petit rire comme le professeur lui faisant face parle des contes de fée qui ne font rêver que les enfants et elle partage cet avis. Mais quand il dit que tout le monde rêve sûrement de rencontrer son prince charmant ou sa princesse, elle est un peu moins d'accord. Parce qu'un prince charmant dans les bouquins manque de personnalité, elle les trouve trop lisses malheureusement, même si elle raffole évidemment du romantisme de ce genre d'ouvrages. Tout ce qui est un tant soit peu émotionnel fait bondir son petit cœur et ce surtout depuis que Gabriel pour sa part manifeste moins d'intérêt à son égard.

"- Ne pensez-vous pas que les princes, comme les princesses, manquent cruellement de personnalité ? Ils sont beaucoup trop parfait, je ne crois pas que je voudrai d'un prince charmant, je complexerai beaucoup trop. Je préfère un homme véritable avec ses propres défauts et ses faiblesses, car je pense qu'aimer l'autre, c'est l'aimer pour ce qu'il a de bon en lui, mais aussi pour ce qui l'est moins. Aimer l'autre personne comme elle est, pour ce qu'elle est, pour toutes ces raisons qui la rendent si délicieusement imparfaite, à notre égal en fin de compte. Tout ce que j'aime chez les princes des contes de fée, c'est le romantisme qu'ils rappellent, rien de plus. Autrement je les trouve ennuyeux." explique la jeune femme, se confiant un peu plus, finalement, sur sa vision de l'amour.

Elle sourit à son professeur comme ils semblent être sur la même longueur d'ondes en ce qui concerne la faculté de l'être humain à toujours juger son prochain et dans un même temps, elle se sent vraiment mal à l'aise. Elle a l'impression de réagir comme une parfaite imbécile, sans savoir pourquoi elle ressent ces sensation, cet espèce de nœud dans le ventre. Ce n'est pas la première fois qu'elle discute avec un professeur après un cours après tout. Mais c'est la première fois que le professeur en question lui plaît. Et comme à chaque fois qu'un garçon lui plaît, sa timidité ressort.

"- Oui je pense que ce qui compte au final, c'est le bonheur du couple mais les gens sont prompt à juger et je suis bien placée pour le savoir parce que mon fiancé à quatorze ans de plus que moi."

Elle rougit encore, bafouille un peu. Pourquoi parle-t-elle si ouvertement de sa vie, d'un coup ? Pourquoi parle-t-elle de son fiancé ? Comme s'il était une barrière contre son professeur, une espèce de protection face aux sensations qu'il fait naître en elle. Face à la gêne qu'elle ressent à être seule dans une pièce avec lui. Face à la culpabilité aussi, alors qu'ils ne font rien de répréhensible. Mais peut-être qu'inconsciemment, la jeune femme sent que quelque chose se passe, quelque chose à quoi elle ne s'est pas attendu, qu'elle n'a jamais vécut jusqu'ici. Parce que jamais aucun homme ne l'a mise dans cet état quand elle était en couple avec un autre.

"- Oh je vois... c'est dommage, il faudrait penser à sortir... Renouer des contacts." dit-elle, bienveillante.

Dans le fond, même si elle ne veut pas l'admettre, elle sait que son professeur est, physiquement en tout cas, exactement le type d'homme qui lui plait. Et elle sait qu'il lui plaît, qu'en prime c'est un homme cultivé. Et il semblerait qu'ils aient des points communs. Alors peut-être que si elle se sent si coupable, c'est finalement à l'idée qu'elle ne partage presque plus rien avec Gabriel. Quand a-t-elle dit qu'elle l'aimait pour la dernière fois ? Il y a quelques jours. Au début, elle le disait sans arrêt. Quand a-t-elle dit le trouver beau ? Il y a un moment. Peut-être deux semaines. Et sur ces deux dernières semaines, elle s'est dit plusieurs fois que son professeur de littérature était "vachement sexy" avant de se morigéner.

"- Oui je lirai probablement le livre. Avant toi parle d'un homme qui se retrouve handicapé, alors qu'il profitait énormément de la vie. Une assistante débarque dans sa vie et une histoire d'amour se développe alors que l'homme a décidé de mettre fin à ses jours au bout d'un moment. Si bien que Louisa, la fille, sait que leurs jours sont comptés. C'est une histoire d'amour contre la montre, c'est... bouleversant. Et triste. Mais superbe."

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Ven 15 Déc - 10:42



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Son élève semblait sur la même longueur d'ondes que lui, ce qui incitait Kerwan à prolonger la conversation, à ne pas la fuir même s'il avait prévu d'aller faire du sport. Mais aucune urgence non plus, il n'avait pas de rendez-vous et avait donc le temps mais ne voulait en aucun cas cependant mettre en péril l'avenir scolaire de la jeune femme car qui sait, elle avait peut-être un autre cours après ? Il devait s'en aviser.

- Notre conversation me convient tout à fait mais je ne souhaite pas non plus vous mettre en retard pour votre cours suivant, si vous en avez un. J'ai fini ma journée en ce qui me concerne mais peut-être pas vous ?

Il espérait qu'elle n'allait pas se mettre à croire qu'il voulait là mettre un terme à leur conversation à tous les deux car vraiment loin de là sa pensée. Discuter avec son élève lui plaisait bien et ça le changeait de son quotidien qui consistait à juste converser avec ses collègues ou à quelques discussions à la salle de sport entre deux efforts.
Et pour montrer à la jeune femme que ses paroles précédentes n'étaient pas du tout pour la faire partir si elle avait encore du temps devant elle, il décida de la relancer, de lui répondre.

- Oui vous avez raison. Non seulement les Princes sont trop parfaits physiquement mais en plus, n'ont pas grande conversation avec leur Princesse et vice-versa d'ailleurs pour elles avec eux.

Et là, Kerwan se mit d'un coup à rire vraiment de tout coeur ! Il se devait cependant d'expliquer à son élève ce qu'il lui avait pris ainsi subitement, ce qu'il fit un instant après, ayant terminé de rire.

- Désolé. J'étais en train de penser que nous étions nous-mêmes justement en train de juger ces chers Princes et Princesses alors que l'instant d'avant, nous parlions du fait que les gens se jugeaient trop facilement entre eux, et cette pensée m'a fait rire.

Quelques instants auparavant, ayant écouté attentivement la jeune femme, il découvrit qu'elle était fiancée.

- Je suis content pour vous, je vous souhaite plein de bonheur dans votre couple alors !

Il disait cela sincèrement vraiment même si son mariage à lui avait été un échec mais cela ne voulait pas dire qu'il ne désespérait pas de rencontrer un jour à nouveau la bonne personne, quelqu'un d'aussi attentionné que son ex-femme qui avait de lui un veuf à l'âge de 25 ans. Et avec Lux, c'était pas trop ça ! Il n'avait que 35 ans après tout, il était donc tout à fait dans les temps.

- Je me suis marié à 23 ans, elle en avait 20. Elle m'a laissé veuf à 25 ans et depuis 4 ans, je suis en couple, nous ne sommes pas mariés et ma foi, ça pourrait être mieux entre elle et moi pour faire simple !

Voilà que lui aussi se confiait en partie sur sa vie privée, pas son genre du tout mais une confidence en entraînant souvent une autre, la sienne était venue toute seule à la suite de celle de son élève. Il avait en tout cas annoncé à Mademoiselle Morel qu'il s'était marié plutôt

Sortir, nouer des contacts autres que professionnels ? Elle n'avait pas tort, il le savait bien mais ça ne lui était pas si facile que ça entre son boulot, sa relation avec sa compagne qui le tracassait de plus en plus.

- Oui ! Je sais...! Mais ce n'est pas toujours aussi simple qu'on le pense

Il dit cela d'un ton vague, la jeune femme ayant tout à fait raison et ne voyant pas ce qu'il pouvait rajouter d'autre à part cela, n'ayant pas trop envie de s'étaler sur le sujet car ce serait être amené à donner des détails et là il n'en avait pas vraiment envie, la situation ne s'y prêtant en plus pas trop.

La conversation revint à nouveau sur la littérature, sur les livres dont ils parlaient. Il se mit à sourire légèrement après avoir écouté la jeune femme. Il constatait que ça lui faisait vraiment du bien de discuter avec quelqu'un d'autre que des collègues ou des camarades de sport.

- Attention ! Je ne vous oblige aucunement à lire ce livre hein ? Si ça ne vous dit pas, je ne m'en offusquerai pas.

Il l'avait écouté faire le petit topo du livre "Après toi", qui avait l'air d'être une bien belle histoire également.

- Ca m'a tout l'air d'être quelque chose de très représentatif de notre société à ce que vous me dites de ce fameux livre. Une belle histoire malgré ses rebondissements, ses hauts et ses bas dirait-on ? Me le recommanderiez-vous donc à la lecture ?

Tout d'un coup, il s'avisa que certes, il s'était rappelé le nom de famille de son élève mais quel était son Prénom ? Il n'en avait aucune idée.

- Au fait, votre Prénom, voudriez-vous me le dire ? Je dois vous avouer que de cela, je ne m'en souviens pas, je vois passer tellement d'élèves devant moi.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Sam 16 Déc - 14:09



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Elle dessine un sourire sur ses lèvres comme son professeur semble s'inquiéter à l'idée de lui faire manquer son prochain cours. Depuis le temps qu'ils discutent, si elle en avait eut un, la jeune femme serait déjà bien en retard car un regard à sa montre lui fait savoir qu'ils discutent ainsi depuis un bon quart d'heure déjà. Et elle n'a pas vu le temps passer pour sa part, trop occupée à discuter avec son enseignant pour se soucier de la course des aiguilles sur le cadran des horloges.

"- J'ai terminé ma journée, je pensais aller à la patinoire après mais du coup je n'ai pas d'horaire définie, tant que j'y suis avant dix-huit heure pour profiter de la glace avant que la patinoire ne ferme, vers vingt heure." répond la jeune femme, rassurante quand à la situation de ses cours, donnant encore un peu plus d'informations sur elle au passage.

Elle hoche la tête, remarquant à quel point il a raison et comme dans les histories que l'on raconte aux enfants, comme dans les Disney, le prince échange peu de mots avec la princesse. Après tout, Henry s'éprend de Cendrillon au cours d'une valse et on n'entend aucun dialogue entre eux. Ariel est muette au point qu'Eric manque d'en épouser une autre avant de réaliser sa bêtise. Philippe entend sa belle chanter dans la forêt brièvement mais au réveil, pas un mot : juste une danse. Florian éveille sa douce Blanche-Neige d'un baiser d'amour prétendument sincère mais...

"- Les princes sont atroces si l'on retire le côté romantique de certains. J'aime bien notamment la promenade d'Eric et d'Ariel sur le lac. Mais si l'on regarde Blanche-Neige alors là, laissez-moi rire ! Comment peut-on éveiller une princesse avec un baiser d'amour sincère, quand on ne lui a jamais parlé ? Il ne s'agit plus alors que d'une attirance physique, parce que la princesse est jolie et rien de plus. Et c'est ce genre de choses que l'on raconte aux enfants, pour les aider à se construire !? Soit belle et tait-toi ? Non décidément je ne peux pas valider cet adage. J'aime mieux la maladresse d'un Monsieur Darcy, ou le caractère torturé d'un monsieur Rochester." répond la jeune femme, faisant là référence à de la littérature Anglaise avec Orgueil et Préjugés de Jane Austen puis Jane Eyre, de Charlotte Brontë.

La jeune femme s'étonne de l'entendre rire d'un coup, comme ça, sans que cela n'ait été annoncé par une quelconque remarque selon elle. Mais quand il lui explique d'où vient son hilarité, elle a un demi sourire gêné. En même temps il y a un monde entre critiquer un humain et critiquer un personnage fictif. Cela revient, pour le personnage fictif, à une critique constructive dans leur cas, selon la jeune femme.

"- Mais nous ne critiquons pas pour critiquer, nous mettons des arguments derrière cette critique, nous expliquons pourquoi nous ne les aimons pas, ce que nous leur reprochons. Ce que nous disions tout à l'heure c'est que le monde est prompt à critiquer tout et n'importe quoi, mais sans forcément user d'un quelconque argument. La critique si elle est constructive peut nourrir l'art, selon moi. C'est pour cela que l'on fait des critiques littéraires, des critiques de spectacles, de films..." se justifie Aline.

Comme il parle de son propre mariage, expliquant qu'il s'est marié jeune, à une fille qui l'était encore plus, elle semble surprise, parce qu'elle dirige son regard sur ses mains. Et ses yeux confirment qu'il ne porte pas d'alliance, elle ne se souvenait pas d'en avoir remarqué une. Alors rapidement, elle émet des hypothèses, se demandant si la femme en question est morte. Ou si, plus plausiblement, il a tout bêtement divorcé, comme beaucoup de couples le font aujourd'hui. Parce qu'on divorce au premier petit coup de vent, au lieu de résister. Les anciens savaient communiquer, conserver leur amour. Ce n'est plus le cas des jeunes, mais elle n'est pas la mieux placée pour en parler au vue de la situation que connait sa propre histoire d'amour.

"- Vous ne portez pas d'alliance... Ais-je tord de supposer que vous avez divorcé ?" demande l'étudiante, un brin trop curieuse, ce qui lui arrache un nouveau rosissement des joues.

"- Non ne vous en faîtes pas j'aurais plaisir à le lire. Et oui, pour la lecture, je vous la recommande." répond la jeune femme avec un sourire, sachant pertinemment qu'elle le fera en effet. "Je vous le recommande. Avec du chocolat et des mouchoirs, vous verrez, ce ne sera pas du luxe." annonce la jeune femme. Parce que la fin du livre pour sa part l'a faite pleurer, énormément. "Et c'est Aline." répond-elle en souriant, son accent Français chantonnant d'avantage comme elle prononce un nom "de chez elle".

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Sam 16 Déc - 21:51



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline


Aline donc, puisque Kerwan venait d'apprendre qu'elle s'appelait ainsi, ou plutôt il l'avait déjà lu sur les partiels et autres mais ne l'avait pas retenu, avait peut-être mal pris son rire à lui si spontané mais qu'il avait expliqué. Car vu ce qu'elle avait dit ensuite et en quoi elle avait tout à fait raison en plus, il semblait qu'elle pouvait avoir mal pris le fait qu'il ait ri d'un coup.

- Oui, vous avez raison en effet ! Critiquer sans argumenter derrière la ou les raisons de la critique est un jugement et est même malsain d'ailleurs, tandis que dire son avis, argumenter sur quelque chose de façon négative ou positive, de façon construite reste somme toute assez logique en soi et apprend à se construire un peu plus même.

Décidément, Kerwan aimait discuter avec cette demoiselle, elle semblait très mature et très posée pour son âge et avait de plus un bel accent français tout comme lui devait bien avoir l'accent du Canada vu qu'il avait toujours vécu ici.

Il l'écouta dire qu'elle aussi avait terminé sa journée, il ne l'avait donc pas retardé en quoi que ce soit alors, tant mieux ! Car il ne voulait pas être "coupable" d'un retard quelconque en cours pour elle.

- Du patinage ? Voilà bien un sport que je n'ai encore jamais pratiqué, j'ai trop peur de me retrouver les 4 fers en l'air sur la glace, voire de faire craquer la glace sous ma masse corporelle.

Il sourit de ce qu'il venait de dire, ne disant pas du tout par là qu'il était gros mais vu qu'il était musclé, sa masse corporelle était malgré tout beaucoup plus importante que celle de certains autres, comme celle d'Aline par exemple, bien plus mince.

- Et pour en revenir aux Princes et aux Princesses, ils sont en effet bien trop parfaits mais ne discutent pas entre eux il est vrai, ils ne se connaissent pas au fond mais ça nous a tous et toutes fait rêver un certain temps, plus ou moins longtemps selon les personnes et ça fait rêver encore les enfants d'aujourd'hui. Ce sont malgré tout de belles histoires même si elles ne sont pas du tout réalistes.

Aline avait parlé ensuite de deux autres bouquins que Kerwan n'avait pas lu mais qu'il connaissait de nom, de réputation. Certes, il aimait lire et se devait d'être au courant de l'actualité littéraire en tant que Prof de Littérature à la fac mais il ne pouvait pas non plus tout lire, tout connaître.

- Je vous avoue ne pas avoir lu ces deux bouquins dont vous parlez mais j'en ai entendu parler.

Et mince ! Il avait abordé un sujet important privé en parlant de son mariage et voilà que son élève demandait maintenant des précisions sur tout ça, ce qui était normal en soi, mais qui gênait malgré tout un peu Kerwan, non pas par timidité mais par habitude prise de ne pas trop parler de lui et avec qui de toute façon le ferait-il en plus ?

Quand Aline lui posa une question, il la vit rougir. C'était en plus une question à laquelle il avait déjà répondu juste auparavant, bien qu'Aline ne l'ait pas posée directement

- Oui ! Vous avez tort ! Comme je vous ai dit, j'ai été veuf à 25 ans et depuis 4 ans, je suis en couple mais pas marié.

Il avait remarqué qu'elle avait rougi avec sa question. Très touchante ainsi ! Il se mit à espérer que cette fois Aline n'allait pas demander encore plus de détails car là, il risquerait d'être vraiment gêné. Il se voyait mal se confier à son élève sur sa vie privée de façon plus détaillée.

Et reparlant du livre qu'elle-même lui avait conseillé de lire, il répondit donc à la jeune femme.

- Du chocolat ? Des mouchoirs ? Je veux bien mais dans ce cas, il faudra que je fasse un footing après avoir fini de lire à chaque fois pour vite éliminer toutes ces calories que fournit cette excellente denrée sucrée. Quant aux mouchoirs, je ne me pense pas sensible à ce point-là mais qui sait ?

En disant tout ça, il était mi-sérieux, mi-plaisantin mais il ne sourit cependant pas.

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Sam 16 Déc - 23:32



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline


"- On se casse toujours la figure quand on commence avec le patinage artistique mais vous savez, dans une patinoire, la glace est suffisamment épaisse pour que votre masse musculaire ne puisse pas la fissurer !"

Elle a un petit rire en révélant cela, amusée parce que ce n'est pas le premier qui confie avoir ce genre de peur, alors que les glaces des patinoires sont bien plus épaisses que la couche hivernale qui gèlerait un lac, évidemment. N'importe qui peut se rendre à la patinoire, la glace résistera sans aucun problème. La jeune fille a vu des hommes plus lourd que celui-ci et moins muscler se rendre, en patins sur la glace. Et elle a résisté.

"- Si vous voulez un jour essayer, je me ferai un plaisir de vous aider, de vous montrer les bases du patinage."
reprend la jeune femme aimablement.

Après tout sans être spécialement professeur de patinage la jeune femme s'y connait assez dans sa discipline pour donner les  bases à un débutant, qu'importe que ses parents ne soient pas d'accord avec sa passion ou ses rêves d'en faire un métier, rêve qu'ils avaient détruits faute de lui offrir suffisamment de cours, non pas pour des raisons financières mais pour avoir eut l'esprit trop fermé sur les sports. Ses parents ne seraient probablement pas d'accord pour qu'elle enseigne cette pratique à un professeur mais à Miami, elle se sent tout à fait libre. Libre comme on oiseau auquel on vient d'ouvrir sa cage.

"- Probablement. Je sais que quand j'étais encore une toute petite fille, j'étais folle amoureuse, enfin... si l'on peut dire cela comme ça évidemment parce que bon, on ne peut pas non plus parler d'amour je pense... Mais bon, je craquais vraiment sur le prince Eric." avoue la jeune femme avec un petit rire.

Ils rient, parlent littérature, se confiant au passage à la grand surprise de la jeune femme qui n'aurait pas pensé parler si ouvertement de sa vie avec un de ses professeurs, qui lui est parfaitement inconnu. La demoiselle se gratte légèrement la tête sous l'effet de la gêne assez régulièrement, comme pour masquer son trouble, mais malgré tout l'homme apprend pas mal de choses sur elle, au fur et à mesure que la conversation avance et il le lui rend bien à vrai dire.

"- Il faudra tacher de corriger cela si le cœur vous en dis car ces livres sont excellents !"

La jeune femme ne lui donne pas un ordre évidemment, loin de là. C'est plutôt un conseil qu'elle donne à son interlocuteur. Parce que selon elle ces livres valent le détour, qu'ils sont de réels chefs d'œuvres de la littérature anglaise et qu'ils méritent de ce fait d'être lut. Mais la conversation migre encore sur les affaires de cœur, deux sujets qui les passionnent et elle en vient à supposer que son interlocuteur, qui dit avoir été marié, est aujourd'hui divorcé. A tord, elle n'a pas fait attention à la mention d'une nouvelle compagne.

"- Oui pardon je... j'ai été distraite. Et je n'aurais pas dût poser une question aussi personnelle de toute façon, je suis désolée !" répond la jeune femme, un rien contrariée par la tournure de la conversation.

Elle rit comme l'homme se plaint de devoir faire du sport pour éliminer le chocolat qu'il aura manger s'il suit son bon conseil mais elle sourit plus encore quand l'homme dit ne pas se croire sensible au point de pleurer pour un film, pas au point d'avoir besoin de mouchoirs. Elle n'est pour sa part pas de cet avis.

"- Ce livre ferait pleurer n'importe qui méfiez-vous. Mais il doit absolument être lu et l'adaptation au cinéma n'est vraiment pas laide à regarder non plus !" indique-t-elle. "Du coup vous aimez le sport ? Ou ce n'est pour vous qu'un moyen de perdre les kilos chocolat ?"

Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Dim 17 Déc - 9:31

@Kerwan Childs a écrit:


Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Ce n'était pas du tout le genre de Kerwan de se confier ainsi comme il le faisait et encore moins avec une élève mais une fois n'est pas coutume comme on dit et puis il devait s'avouer que ça lui faisait du bien de parler de choses plus variées, autres que celles du quotidien ou autre chose que de cours, de ne pas se la jouer en solitaire encore une fois car si son élève n'était pas venu lui parler à la base du bouquin qu'il lui avait recommandé, il serait à la salle de sport en train de s'entraîner plus ou moins en solo. Et bien que le sport soit l'une de ses passions, il concevait malgré tout qu'il n'y avait pas non plus que cela dans la vie, bien que sa vie se résume majoritairement à cela en dehors de son boulot depuis quelques années.

Le patinage ? Ce que disait Aline en réponse à leur conversation là-dessus n'était pas pour rassurer du tout Kerwan, pour le convaincre d'en faire. Et quand elle lui proposa pourquoi pas un jour, de lui apprendre les bases de ce sport, ce fut d'un ton peu convaincu et peu convaincant qu'il répondit, mais aucunement dirigé en quoi que ce soit contre la jeune fille.

- Mouais ! On verra !

Actuellement, il ne se sentait pas prêt à commencer dans ce sport mais qui sait ? Sportif comme il l'était, il s'y mettrait peut-être un jour, vu que tenter de nouvelles disciplines sportives, de nouvelles sensations, le tentait parfois. A vrai dire, il avait tenté une fois, le test n'avait pas été très concluant.

Il eut un petit sourire quand son élève lui dit qu'elle avait craqué d'une certaine façon sur le Prince Eric quand elle était plus jeune.

- Il est vrai qu'il est assez mignon mais pour ma part, je préférais Belle voyez-vous ! Et en plus, quasiment toujours un livre à la main. Allez savoir ! C'est peut-être indirectement de là qu'est né ma passion pour la littérature !

Il plaisantait en disant cela et sourit à nouveau. Décidément, depuis qu'il était en train de discuter avec la jeune femme, ça lui arrivait assez souvent de sourire, voire de rire. Quant à elle, elle était aussi assez souriante, cela était "contagieux" pourrait-on dire ! Et il l'avait vu à plusieurs reprises avoir les joues rosissant un peu comme par timidité ou ce genre-là mais il n'en avait pas rajouté une couche pour la faire rougir encore plus. Pas son genre de taquiner ainsi et encore moins quand il ne connaissait pas la personne.

Kerwan ne trouva rien d'autre à rajouter sur les livres que lui avait recommandé Aline, il allait cependant dire qu'il se mettrait à les lire peut-être un jour, juste histoire de conclure le sujet mais il n'en eut pas le temps car après un court silence, son élève s'excusa de s'être montrée si curieuse concernant la vie privée de Kerwan. En effet, parler de ça pour Kerwan n'était pas facile vu la situation qu'il vivait actuellement. Cela dit, il se sentait malgré tout à l'aise avec elle malgré leur différence d'âge !

Et continuant ensuite de parler du livre qu'elle lui conseillait, il l'écouta avant de lui répondre

- Bon d'accord ! Je prendrai la boîte de mouchoirs à côté de moi en le lisant alors !

Il sourit à nouveau au vu de ce qu'avait répondu Aline sur le chocolat, les calories et le sport.

- Non ! Le sport est ma passion depuis tout petit ! Ca a commencé par le ski à la station de Glen Eden pas trop loin d'ici puis petit à petit, pour d'autres sports. Et pendant plusieurs années où je n'ai pas pu faire beaucoup de sport, j'ai pu me rendre compte que ça m'avait énormément manqué, que j'avais besoin de cela, sans compter le fait qu'en plus, j'avais aussi pris du poids en ayant arrêté d'un coup. Reprendre l'activité sportive quand j'ai pu m'a comblé. Et vous, des passions à part la lecture et le patinage ?

Décidément, encore des confidences à venir apparemment ! Étrange quand même leur conversation à tous les deux ! Si on avait dit à Kerwan qu'un jour, il se confierait ainsi à une élève, tout en causant également de manière plus ou moins philosophique, il ne l'aurait jamais cru.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Mer 20 Déc - 13:35



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

Si la jeune femme voulait lui faire essayer le patinage on dirait bien que c'est un peu raté. Ou ça l'est dans l'immédiat parce qu'il ne semble pas très emballé. Mais peut-être qu'un jour… et en même temps peu lui importe. Quand on y pense, la demoiselle n'a aucun intérêt particulier à ce que l'homme se lance dans le patinage après tout. Hormis sa générosité naturelle. Et l'envie de venir en aide à son prochain parce qu'elle n'aime pas voir les autres être mal. Ce refus qu'il lui fait elle ne le prend pas personnellement, ne le prend pas mal. Il ne refuse pas parce que c'est elle qui le propose après tout. Il refuse simplement parce que ce sport ne lui dit pas grand-chose. Ou parce qu'il a peur de se couvrir de ridicule en tombant. Il n'est pas le seul à nourrir ce genre de peurs. Elle est assez générale chez les adultes qui se lancent dans cette discipline sportive.

“- Comme vous voulez.”

Et en même temps même si la jeune femme respecte le choix de son professeur, elle ressent une certaine déception facilement perceptible sur son visage. Parce qu'elle adore ce sport elle-même et prend plaisir à le faire découvrir. À voir de nouvelles personnes y porter de l'intérêt. Alors sur son visage trop expressif il peut voir cette émotion qu'il lui provoque. Mais elle passe rapidement comme la jeune femme se ressaisit pour lui sourire.

“- Ah oui c'est une très belle princesse je suis d'accord. Mais je préférais la petite sirène. C'est la première princesse qui ne rêvait pas d'amour. Elle est tombée amoureuse de son prince car il était humain selon moi. Ce qui l'intéressait n'était pas l'amour mais l'humanité.” explique la demoiselle avec un sourire. “Mais je suis d'accord pour dire que Belle est aussi une excellente princesse et vous aviez bien raison d'avoir un faible pour elle.” répond la jeune femme en souriant.

Comme ils abordent le sujet du mariage elle se montre on ne peut plus curieuse à ce sujet parce qu'elle ne comprend pas comment l'homme peut parler de calvaire alors que selon elle, de nos jours dans les pays comme les États-Unis ou ceux d'Europe, on choisit de se marier, on tombe amoureux, les gens ne nous imposent plus l'amour. Mais en réalité, elle se cache les yeux sur une réalité qui touche encore quelques personnes et elle se décompose quand il parle d'un mariage de raison, comme un mariage arrangé. Elle ne pose plus de questions, mais se crispe un peu quand il lui souhaite une belle histoire avec Gabriel. Elle baisse la tête mais ne dit rien, parce qu'elle ne sait plus vraiment où ils en sont tout les deux, ni si ça vaux vraiment la peine de poursuivre. Lui ne fait plus d'efforts et elle-même s'essouffle.

"- Oui cela vaux mieux ! Vous verrez que cette histoire est vraiment poignante !" indique la jeune femme pour changer de sujet.

Et pour ne plus parler d'amour ou d'histoires romantiques, elle choisit d'aborder le sujet du sport puisque tout deux semblent visiblement portés sur la question.

"- Je comprend ce que vous voulez dire. J'aime beaucoup... l'écriture." avoue la jeune femme qui voudrait pouvoir publier un roman. "Mais mes parents pensent que le métier d'auteur n'est pas assez sûr. J'aime bien l'équitation aussi. La cuisine. Les voyages !" explique-t-elle.

Comme le temps passe, elle remarque qu'ils discutent depuis un bon moment, mais n'a pas envie de mettre un terme à la conversation, alors qu'elle lui est plaisante. Mais elle doit tout de même partir pour la patinoire si elle veut avoir le temps de pratiquer.

"- Excusez-moi mais... si je ne vais pas à la patinoire maintenant je n'aurais plus suffisamment de temps... Je ne veux pas cependant que vous pensiez que je me désintéresse de notre discussion... Peut-être pourriez-vous m'accompagner jusque là pour que nous puissions continuer ?" propose timidement la jeune femme.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)


Pardon pardon, exams et anniv de maman, j'ai zappé le fofo quelques jours :s
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Emploi : Professeur de sport à l'université. Passionné de lecture
Messages : 1754
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Mer 20 Déc - 15:59



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

En refusant au moins pour le moment d'apprendre à patiner suite à l'invitation de son élève pour cela, Kerwan sentit qu'elle en était un peu déçue, un peu offusquée mais cela ne dura qu'un temps vu qu'elle continua ensuite la discussion et Kerwan l'écouta donc à nouveau parler de Belle et de la Petite Sirène. Décidément ! Quelle drôle de conversations ils avaient tous les deux. Enfin elle ne paraissait pas drôle du tout à Kerwan et visiblement pas à Aline non plus mais vu d'un autre regard, ça aurait pu vraiment paraître bizarre très certainement, qu'un élève discute ainsi avec son Professeur de ce genre de sujets.

- Oui Belle est très belle et porte bien son nom.

Tout en disant cela, il se surprit à regarder plus en détail son interlocutrice qui, devait-il s'avouer, était vraiment très mignonne aussi. Mais il ne la détailla pas non plus des pieds à la tête durant des secondes entières, loin de là. Son observation ne fut que brève et discrète.

- Bonne analyse pour la petite Sirène dites donc, je n'y avais jamais songé en fait ! Mais il est vrai qu'on peut en effet se poser la question.

Et ouf, Kerwan voit que son élève en a désormais fini avec ses questions sur le mariage, sur son couple actuel si bizarre d'une certaine façon, un vrai flop et cela rassure le trentenaire d'ailleurs, car cette situation commençait à le mettre vraiment mal à l'aise même s'il n'en montrait rien.

Peu de temps après, la jeune femme s'excusa du fait qu'elle devait partir à la patinoire si elle voulait avoir encore la chance de s'entraîner un peu avant la fermeture.

- Ha oui ! Pas de souci ne vous en faites pas, je comprends tout à fait ! Je ne vous ai que trop accaparé.

Il venait de dire cela avec un léger sourire pour montrer qu'il n'était pas du tout vexé du fait qu'elle doive partir.

- Je vais en profiter pour aller un peu à la salle de musculation en ce qui me concerne. Mais dites-moi, j'y songe ! Vous êtes à pied ? Si oui, voudriez-vous que je vous accompagne à la patinoire ? Comme vous voulez ! Ça ne me dérange pas en tout cas sinon je ne vous le proposerais pas. Et ça pourrait nous permettre de continuer un peu notre conversation qui vu d'un autre œil que le nôtre pourrait paraître complètement inattendue.

En attendant la réponse de la jeune femme, Kerwan prit ses affaires sur son bureau vu qu'il avait fini de les ranger il y a un moment déjà, et s'apprêta à quitter la salle de cours, accompagné ou pas de son élève, elle était vraiment libre de choisir si elle voulait qu'il l'accompagne jusqu'à la patinoire ou pas, enfin si elle devait s'y rendre à pied.

Kerwan se rendait en tout cas compte que parler lui avait fait du bien, et ça le motivait encore plus pour faire un retour en société petit à petit et être moins introverti même s'il savait très bien que tous les gens n'étaient pas aussi intéressants que la jeune femme pour discuter, tout comme lui ne le serait pas pour tout le monde non plus.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)

_________________
Prendre les choses comme elles viennent
«Ne pas passer à côté des belles choses de la vie quand elles pointent leur nez, savoir en profiter et les mériter.» by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 33
Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   Jeu 21 Déc - 13:00



Pendant un cours de Littérature
Feat Kerwan et Aline

La belle Aline espère qu'il n'a pas remarqué la déception qui a été la sienne, quand l'homme a refusé de la laisser lui apprendre à patiner, en tout cas pour le moment. Ce qui le lui fait croire, c'est que l'homme n'a fait aucun commentaire à ce sujet, alors elle a bon espoir qu'il ne se rende compte de rien. Mais peut-être a-t-il simplement la politesse de ne pas relever cet état de fait pour ne pas gêner la jeune femme, elle ne saurait pas le définir.

Elle sourit comme il parle de la belle et la bête, encore mais ne dit rien et ne dit rien non plus quand il la félicite pour l'analyse qu'elle fait sur la petite sirène et qui ne fait jamais vraiment l'unanimité. Chaque fois que la jeune femme défend sa princesse préféré, on lui dit que c'est une écervelée comme les autres et que la plus intelligente, dans les anciennes princesse, c'est Belle. Parce qu'elle lit, qu'elle se sacrifie pour son père et blablabla. La demoiselle n'est pas d'accord, elle pense surtout que personne n'a cherché à creuser, découvrir la vérité, sur la belle Ariel. Tout simplement, les gens se sont arrêtés au fait qu'elle se mari à la fin et voilà. Mais Belle aussi, non ?

"- Oh ce n'est pas le fait que vous m'accapariez, notre discussion était très plaisante vraiment et je n'ai même pas vu le temps passer !" protestes la jeune femme en craignant que l'homme n'interprète mal ses propos. "J'ai eut beaucoup de plaisir à tenir cette conversation dont les sujets ont été aussi passionnants que divers !" assure la jeune femme. "C'est très agréable, je dois l'admettre, de pouvoir échanger sur son point de vu sans craindre de ne pas être compris, de ne pas être écouté. Aussi discuter avec vous était vraiment agréable et j'ai aimé pouvoir discuter sans craindre que vous ne m'opposiez un avis trop farouche. Les gens n'écoutent pas toujours les autres, restant dans leur avis sans s'ouvrir."

Elle sourit comme le professeur propose de la conduire en voiture à la patinoire. Il est vrai qu'elle se déplace à pied ou par les transports en commun la plupart du temps mais comme il est tard et que c'est gentiment proposé, elle peut accepter sans mal son invitation. Après tout, elle ne fait de mal à personne en acceptant et dans son esprit c'est tellement innocent qu'elle ne se rend pas compte que d'autres pourraient trouver cela inconvenant. Alors elle accepte et lui emboîte le pas, pour atteindre la voiture de l'homme sur le parking. Elle monte coté passager et il la dépose bientôt devant la patinoire. Avec un sourire, elle quitte le véhicule en le remerciant, rougissant un peu, puis elle disparaît dans la bâtisse, le laissant vaquer à ses occupations.


Fiche codée par Kerwan (alias Maelys)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Infos fermées
MessageSujet: Re: Pendant un cours de Littérature [Aline]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pendant un cours de Littérature [Aline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Writ'Art (Littérature, écriture)
» je m'arrache les cheveux, pour ce qu'il en reste...
» Espace Littérature
» RPG Littérature fantasy
» ~littérature~ MLP fictions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Toronto :: Toronto :: Coeur du Centre Ville :: Yorkville :: Université-
Sauter vers: